Comment mobiliser l’intelligence collective ? Méthode à l’attention des acteurs publics

La http://huntermountainresort.com/wp-json/oembed/1.0/embed?url=http://huntermountainresort.com/events/ démocratie est, en théorie, le régime politique le mieux à même de mobiliser l’intelligence collective, comme le montre brillamment Hélène Landemore (dans Democratic Reason – Politics, collective intelligence and the rule of the many). Pourtant, notre capacité à résoudre les problèmes est entravée par une vaste gamme d’obstacles et nous sommes encore loin de l’idéal d’un système politique qui favorise « l’égalité des chances pour chacun d’influencer la décision« , selon la définition classique de la démocratie de Robert Dahl.

Il y a en fait un fossé grandissant entre le souhait qu’expriment les citoyens de voir leur avis mieux pris en compte et leurs problèmes résolus plus efficacement, d’une part, et la capacité des décideurs à tenir leurs promesses, d’autre part, alors que nos problèmes deviennent de plus en plus complexes. Cela conduit à une grande frustration et constitue une menace pour la démocratie. http://truecom.com/component/content/37-producten/home/48-contact/oplossingen/wlan/draadloos/draadloos/partners/oplossingen/contact 30% des citoyens français en viennent ainsi à estimer que la démocratie n’est pas le régime le mieux à même de répondre à leurs besoins !

M’appuyant sur les travaux les plus récents en matière d’intelligence collective, délibération citoyenne, créativité et design des politiques publiques, je propose http://taxi-24.eu/index.php?option=com_content un processus permettant une conversation constructive entre « forces vives » de la Nation, citoyens et institutions. Ce processus a pour vocation :

  • d’enrichir la compréhension des enjeux ;
  • de déboucher sur une gamme de solutions possibles pour y répondre plus riche ;
  • de faciliter la mise en oeuvre par l’anticipation des obstacles ;
  • d’éviter les situations de lobbying habituelles où les groupes d’intérêt défendent des rentes acquises plutôt que de façonner de nouvelles réponses.

En théorie, le développement d’une nouvelle solution en politique devrait suivre ce chemin-ci :


En réalité, les moments et les méthodes employées pour solliciter l’intelligence collective sont généralement parcellaires :

L’idéation délibérative, pour mieux réfléchir ensemble

Pour apporter une réponse plus complète sur tout le cycle de développement de solutions créatives, nous pouvons mettre en place le processus suivant :

Un tel processus peut être appliqué au niveau d’une ville, d’une région, d’un pays ou au-delà. Il combine le meilleur du « on » et du « offline ». Appliqué avec rigueur, des ressources et du temps, il facilite le changement, comme le montrent différents exemples récents reprenant certains éléments de cette méthode :

 

A lire aussi : Les citoyens ont indéniablement l’expertise… de leurs besoins