Des rangées de bibliothèques entières consacrées à la créativité en entreprise, si peu à la créativité politique…

Les entreprises innovantes, les designers, les artistes font-ils de la créativité comme M. Jourdain de la prose ? Non. Face au besoin impératif d’inventer, ils s’organisent très consciemment pour répondre aux transformations du monde moderne et accompagner les changements. Si certains appliquent plus intuitivement que d’autres les principes d’action générateurs d’améliorations originales, tous prennent la question à bras le corps. Les enseignements sont transposables au secteur public.

La bibliothèque de Harvard est la troisième collection documentaire en nombre de volumes aux Etats-Unis après celle du Congrès et la bibliothèque municipale de Boston. Avec 18 millions d’ouvrages, regroupant les collections de 73 départements, dont celui de la Harvard Kennedy School par laquelle passent bon nombre des dirigeants de l’administration américaine, c’est la plus grande bibliothèque universitaire du monde entier. Un bon point de départ pour une recherche documentaire…

4 livres sur la créativité politique sur 18 millions

Composez votre recherche des mots « créativité » ou « innovation » et « politique », filtrez pour ne retenir que les livres, et vous trouverez quelques centaines de propositions qui traitent de beaucoup de sujets, mais pas de la manière dont les acteurs politiques peuvent développer leur créativité. On parlera bien sûr des politiques liées aux secteurs créatifs – entendez, artistiques –, de la manière dont le contexte politique affecte la créativité en société, ou encore de la manière dont la vie musicale en Guyane a été utilisée pour contrôler la créativité de la population…[i] Mais de conseils pour les futurs dirigeants du secteur public, point[ii].

Tapez par contre seulement « creativity » ou « créativité » dans le moteur de recherche, et, aux côtés des nombreux guides pour apprendre à être personnellement plus créatif, notamment pour ceux actifs dans les domaines artistiques, l’application des enseignements de la créativité aux entreprises est centrale.

Voici certaines des premières suggestions proposées sur 4.000, dans l’ordre proposé[iii], reflétant les intérêts actuels des internautes : Creativity in Business qui « explore la pensée innovante dans les entreprises de toutes sortes » et nous montre « comment la créativité dans les affaires peut nous enrichir, et ceux qui travaillent avec nous ». Une biographie du patron de Tesla et SpaceX : Elon Musk:  Inspiring Lessons About Business, Leadership And Creativity From Real Life Iron Man. L’ouvrage Creativity Inc., « livre incisif sur la creativité et le leadership en affaires » vient peu après « pour surmonter les forces invisibles qui font obstacle à la vraie inspiration », par Ed Catmull, co-fondateur avec Steve Jobs et John Lasseter des studios d’animation Pixar. Ou enfin Managing creativity and innovation, practical strategies to encourage creativity, dans la collection Harvard Business Essentials, figurant ainsi en bonne place dans la collection des « sujets les plus importants pour les managers occupés ».

Si vous appliquez le même traitement au terme « innovation », le résultat est encore plus spectaculaire, car, comme l’écrit Tom Kelley, directeur général de Ideo, l’une des firmes leader dans le domaine, et auteur de The Art of Innovation: Lessons in Creativity from IDEO, America’s Leading Design Firm, « il n’y a pas une entreprise en Amérique qui ne veuille pas être plus créative dans sa réflexion, ses produits et ses processus. Dans de nombreuses entreprises, arriver le premier avec un concept et sur le marché sont essentiels pour survivre ». On ne va pas vous faire la liste des 4 000 références proposées[iv], vous avez saisi le propos… A quand un vade mecum de la créativité et de l’innovation pour leaders politiques soucieux d’être utiles ?

___

[i] Pour une bibliographie complète, se reporter au Petit manuel de créativité politique.

[ii] Si vous n’avez pas le loisir de vous rendre à Cambridge dans le Massachussetts pour consulter la collection, vous ferez le même constat du fond de votre canapé : 1 004 résultats me sont proposés mi-2016 sur Amazon.com en croisant ces mêmes termes dans le moteur de recherche. On traite des politiques publiques à destination des professions culturelles. Des industries du futur. De l’esthétique dans la ville. Du rôle des artistes en politique. De la politique de l’éducation publique et de son rôle pour diffuser la créativité. De la survie des mouvements créatifs en période d’occupation de guerre. Des opportunités qu’offre le mouvement Open Source pour le futur de la créativité. Des mouvements de protestation et de leurs formes originales de manifestation. Mais pas de la mobilisation des acteurs et des penseurs politiques pour stimuler collectivement la créativité en politique. Pour être honnête, on trouve en combinant d’autres termes, des ouvrages de référence tels que Leading public-sector innovation: co-creating for a better society, de Christian Bason, et, après avoir parcouru plusieurs pages de résultats de recherche Political Creativity: Reconfiguring Institutional Order and Change, un ouvrage collectif récent – paru en 2013 –, à destination des universitaires « institutionnalistes », et écrit par un groupe de politologues, dont « le seul point commun évident est leur impatience avec le structuralisme », selon les propos des auteurs, Gerald Berk, Dennis Galvan et Victoria Hattam. Un ouvrage profond et nécessaire, mais très pointu.

[iii] Au mois de juin 2016.

[iv] Les références du domaine se suivent et se ressemblent : en tête de peloton Harvard Business Review’s 10 Must Reads on Innovation, dont les écrits du gourou du management Peter Drucker, et son livre de référence, Innovation and Entrepreneurship. Mais aussi The Innovator’s Dilemma: The Revolutionnary Book that Will Change the Way you Do Business, bible de Clayton Christensen, l’un des experts des techniques d’innovation. Ou encore The Myths of Creativity: The Truth About How Innovative Companies and People Generate Great Ideas de David Burkus.